Bien dormir pour bien grandir

Tous les parents le savent bien : quand un enfant dort mal, cela affecte directement son comportement. Généralement, il est grincheux et très agité durant la journée. Mais cela cache d’autres conséquences. Santé, développement, apprentissage : le sommeil à une grande influence sur les tout-petits, et bien dormir rime avec bien grandir !

le sommeil un allié pour le développement des enfants

Les effets du sommeil sur la santé et le développement des enfants

Quand un enfant manque de sommeil, son comportement s’en ressent durant la journée. Cela se traduit en premier lieu par de l’hyperactivité et des troubles de l’humeur. Cette difficulté à gérer les émotions s’accompagne d’un manque de concentration, perceptible même chez les tout-petits : il suffit de les observer pour se rendre compte qu’ils ont du mal à se concentrer sur leur jeu du moment. Ce manque d’attention impacte aussi directement les capacités des petits à apprendre : un enfant qui dort mal a davantage de difficultés à apprendre à marcher et à parler, notamment.

Plusieurs études épidémiologiques ont par ailleurs démontré que le manque de sommeil chez les tout-petits augmente le risque d’obésité infantile. Elles mettent aussi en évidence une faiblesse du système immunitaire : un enfant qui dort mal tombe ainsi plus souvent malade.

Apprendre aux petits à bien dormir

Les spécialistes s’accordent à le dire : il est important d’apprendre à un enfant à bien dormir, dès son plus jeune âge. Cela commence dès ses premiers mois : pour aider bébé à faire ses nuits, on l’accompagne afin qu’il apprenne à faire la différence entre le jour et la nuit. Car à sa naissance, son horloge biologique n’est pas encore « réglée ». Pour ça, vous pouvez lui proposer des activités stimulantes durant la journée, et veiller à le nourrir dans le calme durant la nuit.

Lorsque bébé grandit, il est recommandé de bien structurer ses journées. Il est important de le mettre au lit à heures fixes. N’hésitez pas à mettre en place un « rituel du coucher » dès qu’il commence à faire ses nuits. Cette régularité permettra de le calmer et de le rassurer, ce qui facilitera l’endormissement.

Comment réconcilier les petits avec l’heure du coucher ?

Beaucoup d’enfants tendent à percevoir l’heure de la sieste ou du coucher comme une punition. Il s’agit donc avant tout d’aider les petits à associer le sommeil à un moment de bien-être. Si le rituel du coucher est important, il s’agit de ne pas négliger le confort des enfants – en particulier la sécurité des tout-petits. Dans un premier temps, on évite de surchauffer la chambre, et on préfèrera des vêtements et une gigoteuse adaptés à la saison. Pour rassurer bébé, on pense à la veilleuse, qui l’aidera à s’endormir tout seul plus sereinement.

Quand un enfant grandit et qu’il est apte à dormir dans son premier « grand » lit, il est indispensable qu’il soit bien couvert, même s’il a tendance à gigoter. Même si son lit a des dimensions standards, gare aux couettes trop lourdes, qui gênent les plus petits. On préfèrera un modèle synthétique léger. Le top ? Une solution spécifiquement conçue pour les enfants, à l’image du caradou. Ce système futé se compose d’un drap-housse et d’une couette. La couette se zippe en un tour de main, et votre enfant restera bordé et bien au chaud toute la nuit.

Mon enfant ne dort pas : quand consulter ?

Plusieurs éléments peuvent perturber le sommeil des petits : poussée dentaire, fièvre passagère, diarrhée… Les enfants – même les tout petits – sont aussi sensibles au stress que les adultes, et ils peuvent mal dormir après une journée riche en émotion, ou lorsque leur quotidien est bouleversé, par exemple à la suite d’un déménagement. Des difficultés ponctuelles n’ont donc rien d’alarmant. Toutefois, si la situation se prolonge plusieurs nuits de suite, il est recommandé d’en parler au pédiatre, afin d’identifier d’éventuels troubles du sommeil ou un problème de santé.

Share Button

Laisser un commentaire