Les 5 clefs pour prévenir la Dépression Post-partum ou Baby blues

5 clés pour ne pas tomber dans la dépression post partum

Dépression post partum ou baby blues

Une nouvelle mère sur 7 souffre de dépression post-natale, plus communément appelé « baby blues« . Ce n’est certainement pas un phénomène à prendre à la légère. Nous pensons souvent que cela n’arrive qu’aux autres, que si nous avons tendance à avoir un caractère plutôt enjoué tout le long de la grossesse cela n’arrivera pas. C’est faux, ce n’est pas si simple. Il existe cependant quelques pistes pour prévenir ce terrible mal.

1/ La Qualité de la relation avec le Conjoint :

Une étude nord-européenne a clairement identifié un lien entre la qualité de la relation conjugale avant l’arrivée de bébé et la venue d’une dépression post-partum. Une relation stable, sans heurt apportera toute la confiance en soi, l’estime de soi, la réassurance très utiles pour affronter un tel changement dans la vie d’une femme et d’un homme.

2/ Concentrez-vous sur des Objectifs Réalistes :

Le baby blues résulte bien souvent d’une attente trop forte et idéale de la future mère à l’arrivée de son nouveau-né. Idéalisant ce moment, la future mère oublie les contraintes, complications, changements indissociables de la fonction de nouveaux parents. Les contraintes du quotidien, aussi bien que tous ces nouveaux bonheurs, doivent être appréhendés, anticipés, acceptés avant l’arrivée de bébé. Il va falloir réorganiser son emploi du temps, aménager peut-être son temps de travail. L’attention sera portée presque exclusivement sur bébé. Dans le ventre de maman, bébé n’avait jamais faim, jamais de coliques, jamais de besoin spécifique. Son doux cocon répondait naturellement à tous ses besoins. C’est aux parents maintenant de répondre à toutes ses demandes du quotidien.

3/ Du point de vue Santé : Prenez soin de vous !

Tâchez de vous reposer et dormir à chaque fois que cela est possible. Le sommeil va se transformer les premières semaines en une multitudes de siestes mais tellement réparatrices. N’hésitez pas à consulter votre médecin si vous vous sentez particulièrement faible. Un manque de fer pourrait être à l’origine. Favoriser aussi les aliments contenant du fer (boudin noir, chocolat noir, noix de cajou, coquillages, huitres, poisson, foie de veau, fruits secs, graines de sésame par exemple). Vous en aurez besoin !

4/ Faites de l’exercice (adapté bien sur) :

De manière générale, on sait que le sport, l’activité physique, la marche sont parfaits pour prévenir la dépression, l’anxiété. A l’arrivée de bébé ceci est d’autant plus vrai que votre corps a subi des changements. Il faut se le réapproprier. Trouver des exercices doux adéquat qui vous redonneront davantage confiance en vous et vous aideront à vous sentir bien.

5/ Adaptez votre alimentation :

Une alimentation saine et équilibrée et plus encore adaptée à votre corps à l’arrivée de bébé est indispensable. Choisissez des aliments riches en Tryptophane qui permet d’augmenter la production de sérotonine dans le corps (hormone du bien-être). On le trouve en général dans les aliments riches en protéines (Poisson, poulet, boeuf, noisettes, oeuf, bananes, pois, épinards.. etc). Pensez également à la vitamine B essentielle pour la production de sérotonine (noix, noisettes, graines).

Avec les nouvelles tâches du quotidien liées à l’arrivée de bébé, il n’est pas toujours évident de prendre le temps de cuisiner chaque jour. Aussi, pensez à cuisiner plusieurs portions et les congeler.

Si malgré toutes ces précautions, la dépression post-partum survient, consultez un professionnel. Il existe outre la médecine traditionnelle, des méthodes qui peuvent vous aider : acuponcture, homéopathie ..etc.

Dès que vous vous sentirez mieux, vous pourrez profiter pleinement du bonheur de la maternité, partager de doux moments avec bébé, prenez du temps de bien-être avec lui, ne résumez pas votre relation à la réponse à des besoins primaires (manger, se laver, dormir). Essayez par exemple un temps de massage avec bébé. Cela ne pourra que renforcer votre lien.

Share Button

One comment

  1. Elodie C. says:

    Et puis, si je peux me permettre : pour ma part, je pense qu’il en faut pas essayer de retenir ses émotions durant sa grossesse. J’ai eu souvent envie de pleurer durant ma grossesse : peur de ne pas être à la hauteur … Et bien plutôt que me retenir de pleurer, j’ai laisser couler les larmes aussi souvent que nécessaire. Résultat : l’arrivée de bébé s’est super bien passée, et je n’ai pas connu le baby blues =)

Laisser un commentaire